Gare aux Garous ! Index du Forum Gare aux Garous !
Votre mission : survivre aux autres...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des habitants de ThiercelieuxListe des habitants de Thiercelieux   Groupes d'habitantsGroupes d'habitants   S'enregistrerS'enregistrer 
 Galerie  GradesGrades  IdentitéIdentité   S'identifier pour vérifier ses missivesS'identifier pour vérifier ses missives   S'identifierS'identifier 
Gare aux Garous ! Index du Forum

Jour 5 ~ Un chaleureux accueil.

 
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Gare aux Garous ! Index du Forum -> Partie 188
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Lùthien
Cupidon
Cupidon


Sexe: Sexe:Féminin
Inscrit le: 22 Fév 2015
Messages: 284
Localisation: UZES

MessagePosté le: 21 Fév 2016, 22:00    Sujet du message: Jour 5 ~ Un chaleureux accueil. Répondre en citant

Jour 5 : un chaleureux accueil !


A mesure qu'ils descendaient au fil de l'eau, le jour se faisait plus clair et plus chaud. Après un moment, la rivière contourna un haut contrefort qui descendait sur leur gauche. Soudain, l'à-pic s'affaissa. Les bords s'enfoncèrent. Les arbres disparurent. Bilbo se trouva alors devant un étonnant spectacle.

Les terres s'ouvraient tout autour de lui, emplies des eaux de la rivière, qui se divisait pour serpenter en cent cours vagabonds ou s'arrêter dans des marais et des étangs pointillés d'îles de tous côtés.
Et, dans le lointain, son sommet sombre pointant à travers un nuage déchiré, se dessinait la Montagne ! Elle se dressait seule et regardait la forêt par-dessus les marais. La Montagne Solitaire !
Bilbo était venu de loin et il était passé par bien des aventures pour la voir et, maintenant qu'il la voyait, il n'en aimait pas du tout l'aspect. Le pauvre Mr. Baggins était gelé.
La rivière paraissait poursuivre son chemin jusqu'à l'infini, il avait faim, et un vilain rhume dans le nez. La prit son mal en patience, se tortilla sur le tonneau et rumina en silence.
Le soleil s'était couché quand, effectuant un nouveau virage vers l'est, la Rivière de la Forêt se précipita dans le Long Lac. Là, elle avait une large embouchure, bornée de part et d'autre par des rochers escarpés, au pied desquels s'amoncelaient des galets. Le Long Lac ! Bilbo n'aurait jamais imaginé qu'une étendue d'eau autre que la mer pût paraître aussi vaste.
Non loin de l'embouchure de la Rivière de la Forêt, se trouvait l'étrange ville dont il avait entendu les elfes parler dans les caves du roi. Elle n'était pas bâtie sur la rive, bien qu'il y eût là quelques huttes et constructions, mais en plein lac, où elle était protégée des remous de la rivière affluente par un promontoire de rocher qui formait une baie calme. Un grand pont de bois s'avançait vers l'endroit où, sur des pilotis faits d'arbres de la forêt, était construite une active ville de bois ; non pas une ville d'elfes, mais d'Hommes qui osaient encore habiter là dans l'ombre de la lointaine montagne du dragon. Ils vivaient toujours du commerce qui se faisait en remontant la grande rivière du Sud jusqu'aux chutes, où le transport jusqu'à leur ville était effectué par roulage.





Aussitôt que les tonneaux furent en vue, des embarcations se détachèrent des pilotis de la ville. Puis des cordes furent jetées, des rames tirées, et bientôt, le radeau fut sorti du courant de la Rivière de la Forêt et remorqué dans la petite baie de Lacville. Là, on l'amarra non loin de l'extrémité du grand pont la plus proche de la rive. Des hommes viendraient bientôt du sud pour emporter quelques-uns des tonneaux, tandis qu'ils rempliraient les autres de marchandises destinées à être rapportées par la rivière à la demeure des Elfes de la Forêt. En attendant, les tonneaux furent laissés à flot.

Quand tombèrent les ombres de la nuit, Bilbo coupa les cordes qui retenaient l'un des tonneaux, qu'il poussa sur le bord et ouvrit. Des gémissements s'élevèrent de l'intérieur, et en sortit un nain extrêmement chagrin. Sa barbe crottée était parsemée de paille humide ; il était tellement endolori et ankylosé, tellement meurtri et contusionné qu'il pouvait à peine tenir debout ou avancer en trébuchant dans l'eau peu profonde pour s'étendre en gémissant sur la rive. II avait l'aspect sauvage et affamé d'un chien que l'on aurait oublié à la chaîne une semaine entière dans un chenil. C'était Narcisse, mais on ne le reconnaissait qu'à sa chaîne d'or et à la couleur de son capuchon bleu ciel, maintenant sale et en lambeaux, avec son gland d'argent. Il lui fallut quelque temps pour marquer la moindre politesse envers le hobbit.

« Alors, êtes-vous vivant ou mort ? » demanda Bilbo, d'un ton tout à fait fâché.
« Etes-vous toujours en prison ou libre ? Si vous voulez de la nourriture et si vous voulez poursuivre cette stupide aventure - c'est la vôtre, après tout, et non la mienne -, vous feriez mieux de vous claquer les bras et de vous masser les jambes pour m'aider à délivrer les autres pendant que c'est encore possible ! »

Narcisse vit la justesse de cette observation, bien sûr ; aussi, après avoir poussé encore quelques gémissements, il se leva et aida le hobbit de son mieux. Dans l'obscurité, barbotant dans l'eau froide, ce leur fut une tâche difficile et très ingrate que de trouver quels étaient les bons tonneaux. Les coups à l'extérieur et les appels ne révélèrent que six nains en état de répondre. Ceux-ci furent déballés et conduits jusqu'à la terre, où ils s'assirent ou restèrent étendus, marmonnant et gémissant ; ils étaient tellement trempés, meurtris et ankylosés qu'ils se rendirent à peine compte de leur délivrance et qu'ils n'en manifestèrent pas la reconnaissance qui se devait. Seuls Fili et Kili, qui étaient jeunes (pour des nains) et qui avaient aussi été mieux emballés avec une abondance de paille dans des barils plus petits, en sortirent plus ou moins souriants avec seulement une ou deux contusions et une raideur qui ne tarda pas à disparaître.

« J'espère ne plus jamais sentir l'odeur des pommes ! » dit Fili. « Mon tonneau en était saturé. »

« Et nous devons en rendre grâce à nos étoiles et à M. Baggins, je suppose. Il y a bien droit, encore que j'eusse préféré un voyage plus confortable. Enfin . . . Nous sommes tous tout à votre service, une fois de plus, monsieur Baggins. Nul doute que nous n'éprouvions la reconnaissance qui convient, dès que nous serons nourris et remis. En attendant, qu'allons-nous faire maintenant ? » intervint Narcisse une fois tous les nains libérés.

« Je propose Lacville » répondit Bilbo. Quelle autre solution y a-t-il ?

On ne put rien suggérer d'autre, naturellement ; aussi, ils partirent le long de la rive jusqu'au grand pont. Des factionnaires étaient postés à l'entrée, mais ils ne montaient pas une garde très attentive. Ils n’avaient pas entendu le déballage des nains aussi furent-ils très surpris lorsque Thorïn Oakenshield parut sur le pas de la porte.

« Qui êtes-vous et que voulez-vous ? » crièrent-ils, se dressant brusquement et cherchant à tâtons leurs armes.
Thorïn, fils de Thraïn, fils de Thror, Roi sous la Montagne ! » dit le nain d'une voix forte. (Et il paraissait bien Roi, en dépit de ses vêtements déchirés et de son capuchon crotté. L'or étincelait à son cou et sur sa poitrine ; ses yeux étaient sombres et profonds.)
Je suis revenu. Je désire voir le Maître de votre ville !

Il y eut alors une formidable agitation. Le capitaine des gardes s'avança.





« Si vous venez avec des intentions pacifiques, déposez vos armes ! »[i] s’exclama le capitaine.
[i]« Nous n'en avons point »[i] répondiit Thorïn. (Et c'était bien vrai : les Elfes de la Forêt leur avaient pris leurs couteaux, et aussi la grande épée Orcrist. Bilbo avait sa courte épée, cachée comme à l'ordinaire, mais il n'en dit rien.) [i]« Amenez-nous à votre maître ! »


« Il festoie » dit le capitaine.
« Raison de plus pour nous amener à lui » s'écria Narcisse, qui commençait à s'impatienter.
« Eh bien, suivez-moi » céda le capitaine.

Et, accompagné de six hommes, il les conduisit par le pont et les portes jusqu'à la place du marché de la ville. C'était un grand cercle d'eau calme, entouré des hauts piliers sur lesquels s'élevaient les plus importantes maisons et de longs quais de bois, qui comportaient de nombreux degrés et échelles descendant jusqu'à la surface du lac. D'une grande salle venaient le rayonnement d'une quantité dé lumières et le bruit de nombreuses voix. Les arrivants franchirent les portes de l'édifice et se trouvèrent, les paupières battantes dans la lumière, devant de longues tables remplies de monde.

« Je suis Thorïn, fils de Thraïn, fils de Thror, Roi sous la Montagne ! Je reviens ! » cria Thorïn d'une voix forte, de la porte, avant que le capitaine n'eût rien pu dire.

Tous se levèrent d'un seul élan. Le Maître de la ville se dressa de son grand fauteuil.





La nouvelle s'était répandue comme une traînée de poudre. Des cris retentissaient à l'intérieur comme à l'extérieur. Les gens affluaient en hâte sur les quais vois voir la compagnie.
Le Maître, cédant à la clameur générale, laissa son propre grand fauteuil et installa Fili et Kili à ses côtés aux places d'honneur. Même Bilbo reçut un siège à la grande table. On les soigna, on les nourrit, on les logea, on les choya de la manière la plus délicieuse et la plus satisfaisante. Une grande maison fut consacrée à Thorïn et à sa compagnie ; des embarcations et des rameurs furent mis à leur service.
Alors, comme il l'avait dit, les bons sentiments des nains envers le petit hobbit prirent de jour en jour plus de force. Il n'y avait plus ni gémissements ni murmures. Ils buvaient à sa santé, ils lui tapaient dans le dos et faisaient grand cas de lui. Mr Baggins, lui, ne se sentait pas particulièrement heureux. Il n'avait pas oublié l'aspect de la Montagne ni le dragon, et il avait en outre un rhume affreux. De trois jours, il n'arrêta pas d'éternuer et de tousser et ne put sortir.
Au bout d'une quinzaine de jours, Thorïn commença à penser au départ. Il y avait lieu de profiter de ce que l'enthousiasme durait encore dans la ville pour obtenir de l'aide. II ne fallait pas laisser tout se refroidir avec le temps. Il parla donc au Maître et à ses conseillers et leur dit que, bientôt, lui et sa compagnie devraient poursuivre leur route vers la Montagne.

Alors, pour la première fois, le Maître fut surpris et quelque peu effrayé.
Il n'avait jamais pensé que les nains oseraient vraiment approcher Smaug.
Finalement le Maître ne regretta nullement de les laisser aller. Leur entretien était coûteux, et leur arrivée avait tout transformé en longues vacances, pendant lesquelles les affaires étaient au point mort.

« Assurément, ô Thorïn, fils de Thraïn, fils de Thror, vous devez revendiquer ce qui vous appartient ! Le moment est venu, comme il a été prédit jadis. Ce que nous pourrons vous donner comme aide vous est acquis, et nous nous fions à votre reconnaissance quand vous aurez recouvré votre royaume. »


Un jour, donc, bien que l'automne fût maintenant bien avancé, que les vents fussent froids et que les feuilles tombassent rapidement, trois grandes embarcations quittèrent Lacville, chargées de rameurs, de nains, de M. Baggins et de nombreuses provisions.
Des chevaux et des poneys avaient été envoyés par des chemins détournés pour les rejoindre au lieu fixé pour leur débarquement. Le Maître et ses conseillers leur firent leurs adieux.
La population chantait sur les quais et aux fenêtres. Les rames blanches plongèrent et firent rejaillir l'eau - et les voilà partis sur le lac en direction du nord, pour la dernière étape de leur long voyage.



Ayant oublié de se réveiller, NK a loupé le départ de la compagnie.
Il reste donc à Lacville en maugréant et incarnait Thorin Oakenshield, en personne, le nain héritier ! - simple villageois









Enigme du jour : « Sur la sellette »

Dans le corps de garde de Lacville, trois prisonniers ne facilitèrent pas la tâche du soldat chargé d’en tirer des informations. (Tous trois avaient été arrêtés pour une histoire de vol et d’escroquerie.) L’interrogatoire ne lui avait donné qu’une certitude : l’un était d’une sincérité maladive, l’autre mentait comme il respirait et le troisième était imprévisible, comme tout homme normal.

« Je ne suis pas le sincère » dit le premier.
« Je ne suis pas le menteur » dit le deuxième.
« Je ne suis pas l’imprévisible » dit le troisième.

Lequel était lequel ?







Fin du jour Mardi 23/02 à 20h(HF)/14h(HQ)


Dernière édition par Lùthien le 21 Fév 2016, 22:33; édité 1 fois
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive
fleurviolette
Bouc Emissaire
Bouc Emissaire


Sexe: Sexe:Féminin
Inscrit le: 23 Jan 2012
Messages: 5296
Localisation: dans les nuages

MessagePosté le: 21 Fév 2016, 22:23    Sujet du message: Répondre en citant

Pour excuser au prés de Jana : désolée , comme je pouvais pas relire tout ce qui s’était dit , j'ai louper ma logique , j'ai pu que lire sur mon téléphone , je rentre vers 19H /19h30 .

Cara en vie ? C'est la seule innoncenter a mort , et les loups mangent Nk ?
Clairement narcisse aurai continuer sur Nk , il aurai était peut-etre foudroyer .


Et je vais relire les propos de Janabis pour être sur d'avoir le dernier loup .

_________________
Insistons sur le développement de l'amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert.
Mère Teresa
Les fées demeurent par-delà les cieux, car les cieux sont le parvis de leur temple, et les étoiles sont les marques de leurs pas.
Honoré de balzac
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
fleurviolette
Bouc Emissaire
Bouc Emissaire


Sexe: Sexe:Féminin
Inscrit le: 23 Jan 2012
Messages: 5296
Localisation: dans les nuages

MessagePosté le: 21 Fév 2016, 22:55    Sujet du message: Répondre en citant

Narcisse loup , il aurai pu passe Jana au bucher , donc pourquoi il aurai voter nk ????

Sherbrooke , en meute , il aurai compris pour le couple .

Donc il reste Nadoue et Cara en loup .

Tiens qui a gagnée le gain nain égoïste ?

_________________
Insistons sur le développement de l'amour, la gentillesse, la compréhension, la paix. Le reste nous sera offert.
Mère Teresa
Les fées demeurent par-delà les cieux, car les cieux sont le parvis de leur temple, et les étoiles sont les marques de leurs pas.
Honoré de balzac
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive Envoyer l'e-mail Visiter le site web du posteur
Nadoue
Sorcière
Sorcière


Sexe: Sexe:Féminin
Inscrit le: 01 Juin 2014
Messages: 1122
Localisation: Belgique

MessagePosté le: 21 Fév 2016, 23:30    Sujet du message: Répondre en citant

Je me sens mal; je me rends compte que à part mon vote contre Nayrolf en J1, je me suis plantée sur toute la ligne.

J'ai un peu de mal à comprendre le choix des loups. Pourquoi avoir visé NK? Pour moi, c'était évident qu'il allait devenir le suspect N°1 aujourd'hui. Je ne vois qu'une seule possibilité: les loups cherchaient le chasseur et espérait sans doute qu'il fasse une boulette en tirant sur un villageois et ainsi les loups auraient gagné dès maintenant.
Si ce n'est pas ça, je ne comprends vraiment pas leur choix.

Nous ne sommes maintenant plus que 5 dont 4 avec le droit de vote et dont 2 loups. Le postulat est donc simple: Narcisse est forcément villageois sinon la partie serait clôturée, avec ou sans chasseur.
Ou alors est-il possible que si Narcisse soit loup, Le MJ ne clôture quand même qu'à la fin du jour? Je vais quand même partir sur l'hypothèse que non car de toute façon si c'est le cas, on a de toute façon perdu.

Si Narcisse est villageois, c'est bien simple, il ne reste que Carabosse et Sherbrooke en loups. Je suis dégoûtée, ce sont les deux que j'ai innocentés toute la partie...

Narcisse, tout va se reposer sur toi, sur ton choix mais je pense que selon les rôles restants, tu peux peut-être démêler le vrai du faux. Clin d'oeil
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive
Carabosse
Petite Fille
Petite Fille


Sexe: Sexe:Féminin
Inscrit le: 28 Juin 2011
Messages: 4036
Localisation: Colombes

MessagePosté le: 22 Fév 2016, 13:02    Sujet du message: Répondre en citant

Ah enfin... dur dur de se connecter au site en ce moment... ça bugge tout le temps.
Fleur j'étais en effet plutôt innnocentée mais mon vote contre Jana joue contre moi.
Ce qui me semble aussi bizarre à moi, c'est qu'ils aient tué NK cette nuit alors que clairement il risquait d'y passer à ce bûcher en restant en vie (Narcisse aurait certainement réitéré et Fleur et moi aurions peut-être bien terminé sur NK).
Peut-être ont-ils vu en NK le chasseur qui n'aurait soit pas tiré (car AFK) soit tiré à côté.
Quoi qu'il en soit, je pense qu'ils avaient vraiment mieux à faire que de tuer NK.

Je pense que tu vas un peu trop vite en besogne Fleur sur tes conclusions.
Il ne faut pas toujours prendre les dires des uns et des autres comme de la parfaite innocence, cela peut-être du bluff.

De toutes façons c'est très simple. Il ne reste que 4 votants dont un votant ayant 1.5 voix et 2 loups.
Si Narcisse est loup, la meute totalise 2.5 voix contre 2 au village et la meute gagne.
Si Narcisse est villageois, c'est sur lui que repose la victoire du jeu. Il doit absolument trouver le bon villageois parmi Nadoue, Sherbrooke et moi-même. Le village aura alors 2.5 voix contre la meute.
On tue un loup à ce bucher et la meute tue un villageois cette nuit.
Avec le chasseur et la mairie (toujours dans l'hypothèse ou Narcisse est villageois) on peut espérer gagner la partie.

Les règles ne semblent pas préciser que la maire perd ce pouvoir à quelconque moment de la partie.

Bref, je n'ai aucun autre choix que de considérer Narcisse villageois et donc supposer fortement que Nadoue et Sherbrooke sont loups.

Pour Nadoue, ça ne fait aucun doute, elle m'a super bien embobiné le jour précédant et je l'en fécilite.
Pour Sherbrooke, j'avoue ne pas être sure du tout (j'ai bien peur en fait que Narcisse puisse vraiment être notre dernier loup avec Nadoue).

Sans vouloir faire le débrief maintenant:
Spoiler:

En tout cas, j'aimerai féliciter la meute qui a très très bien joué
Heureux
Il faut reconnaître que village n'a pas été bon même si je déplore un manque de discussion qui ne nous a pas aidé.



Narcisse, si jamais tu es villageois, on compte sur toi pour démêler le faux du vrai.
J'ai bien peur que tu sois ce dernier loup (d'habitude tu t'attaques à mon cas bien plus tôt dans la partie) mais sait-on jamais ?
Dans ce cas, pose les bonnes questions et fais le bon choix.
Et si tu es villageois, c'est que tu es certainement le chasseur auquel cas pense aussi à dire vers qui tu voudras diriger ta balle en cas de mort (car je crois que tu ne peux plus le faire à ta mort, cf règles)
_________________
Ogre Elfique

Bavard ne veut pas dire Loup-Garou !
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive MSN Messenger
Narcisse
Grand Méchant Loup
Grand Méchant Loup


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 23 Aoû 2005
Messages: 7083
Localisation: Drancy

MessagePosté le: 22 Fév 2016, 13:07    Sujet du message: Répondre en citant

Bon alors, nous sommes en effet mal barré mais pas tant que ça..... Nous ne sommes plus que quatre pour, vraisemblablement, deux loups, je suis villageois, on a encore une chance, surtout si les loups mangent le chasseur cette nuit et que ce dernier tue le dernier loup.
En revanche, il y a une chose fondamentale que je ne comprends pas : pourquoi je suis encore en vie ? Ayant la double voix, c'est plus que risqué de me laisser faire, à moins qu'ils ne soient persuadé que je vais me planter, ou alors pour justement me mettre en lumière et s'assurer que tous le village va voter contre moi.... Je trouve ça plutôt risqué mais tant mieux pour moi....

Donc entre Nadoue, Cara, Sherbrooke et moi, il resterait deux loups, un chasseur et un simple villageois.

Je pars du principe que le chasseur est en jeu puisque Fleur semble être le voleur et qu'elle n'a pas écarté ce rôle....

Je ne suis pas le chasseur, je ne pense pas que Cara le soit car elle a cru le dévoilement de Jana... Donc le chasseur est soit Nadoue, soit Sherbrooke.
Comme Nadoue n'avait pas compris le faux-dévoilement de Jana non plus, je l'écarte aussi de la possibilité d'être le chasseur qui serait donc Sherbrooke, ce qui ferait donc de Nadoue et de Cara des loups, par déduction.... Après mon ressenti me fait quand même douté, j'ai vraiment l'impression que Cara est innocente.... Je vais donc sans doute, à ce stade, plutôt voter Nadoue... Mais nous avons encore le temps d'en débattre...

_________________


J'aime beaucoup les Chrysanthèmes
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive MSN Messenger
Carabosse
Petite Fille
Petite Fille


Sexe: Sexe:Féminin
Inscrit le: 28 Juin 2011
Messages: 4036
Localisation: Colombes

MessagePosté le: 22 Fév 2016, 13:25    Sujet du message: Répondre en citant

Ton dernier post Narcisse me conforte dans l'idée malheureusement que tu serais bien notre dernier loup.
En effet, je n'y avais pas pensé mais c'est bizarre que tu sois toujours en vie à ce stade de la partie.
Par ailleurs, tu dis ne pas être le chasseur or pour moi tu ne peux que l'être par simple logique.
Donc si tu ne l'es pas, c'est bien que tu es loup.

Quoi qu'il en soit, espérons que je raisonne mal une fois de plus et que je me trompe.

Je suis prête à partir sur Nadoue aussi de toutes façons car elle en est.
Il n'y a qu'une chose qu'elle pourrait dire qui me ferait encore douter de son état de louve mais sinon, je suis presque sure à son sujet.
_________________
Ogre Elfique

Bavard ne veut pas dire Loup-Garou !
Revenir en haut