Gare aux Garous ! Index du Forum Gare aux Garous !
Votre mission : survivre aux autres...
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des habitants de ThiercelieuxListe des habitants de Thiercelieux   Groupes d'habitantsGroupes d'habitants   S'enregistrerS'enregistrer 
 Galerie  GradesGrades  IdentitéIdentité   S'identifier pour vérifier ses missivesS'identifier pour vérifier ses missives   S'identifierS'identifier 
Gare aux Garous ! Index du Forum

Nuit 16 : Une fin ou un début ?

 
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Gare aux Garous ! Index du Forum -> Partie 45
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
jnst
Salvateur
Salvateur


Sexe: Sexe:Masculin
Inscrit le: 21 Fév 2007
Messages: 2761

MessagePosté le: 30 Nov 2007, 21:40    Sujet du message: Nuit 16 : Une fin ou un début ? Répondre en citant

Voilà de nombreuses heures que j’ai quitté le sanctuaire en compagnie de Piaulo. Durant toute la journée Xinome et l’homme en noir ont essayé de comprendre comment le réceptacle pouvait s’ouvrir, mais en vain. Xinome a bien tenté d’amorcer quelques questions sur les évènements de la nuit, mais l’homme en noir esquivait toujours le sujet ou répondait à coté.

Après une énième analyse dans les moindres détails de la boîte de verre, l’homme en noir entre dans une rage incontrôlable. Il reprend son petit marteau pour frapper de toute ses forces sur le verre du réceptacle. Le regard stupéfait de Xinome en dit long sur ce qu’elle pense de la nouvelle facette de cet homme qu’elle découvre et qui perd soudainement la totalité de ses moyens. L’homme en noir frappe et refrappe encore inlassablement pendant de longues minutes ce réceptacle protecteur du croc d’or jusqu’à ce que le marteau finisse par se détacher de son manche.

Il se retourne alors vers Xinome et d’une voix tremblante « tu le sais n’est-ce pas, comment ouvrir cette fichue boîte de verre, je suis sûr que tu le sais ! Comment ne le saurais-tu pas, tu es avec eux depuis le début ». « Mais enfin, comment le saurais-je, je désire tout autant que vous à éradiquer la menace des lycanthropes en mettant la main sur le croc d’or» réponds Xinome. « Tu crois peut-être que je vais te faire confiance, toi et tes compères, tu veux le précieux croc d’or pour toi et c’est tout ce qui t’importe » surenchérit l’homme en noir. « Non, seule l’éradication de cette menace que représente le croc d’or m’importe. Je veux préserver le sort et l’avenir d’innocents en ne permettant pas que la légende s’accomplisse» rétorque Xinome dont la voix commence à être plus affirmative, « Ah oui ? mais tuer des innocents durant votre expédition ne vous a pas dérangé me semble t’il » nuance l’homme en noir. « Il fallait faire des choix, trouver les loups-garous qui se cachaient dans notre groupe, ces sacrifices ont été terribles, mais il ne pouvait en être autrement » réponds Xinome touchée par le sujet. « Ooooh, j’imagine que les victimes en questions doivent partager ton avis sur la question » dit d’un ton assuré l’homme en noir. « Paix à leur âmes, l’important est que nous touchons au but » dit Xinome en se ressaisissant. « Oooooh je vois bien dans ton jeu sais-tu, tu veux mon précieux croc d’or pour toi toute seule, mais il est à moi ! » dit l’homme en noir en haussant le ton et en pointant brusquement du doigt l’aventurière.

Ce geste a pour effet de faire tomber deux petites flèches de la cape de l’homme en noir. Ces flèches sont identiques à celle qui a touchée Kyera la veille, mais surtout elles sont identiques à celles qui ont finies leur course dans la poitrine de TouDou. « C’est …, c’est toi qui a tué TouDou, n’est-ce pas ? » demande Xinome qui soudainement fait le recoupement de tout ce qui s’est passé. « TouDou était un frein trop important vers mon précieux croc d’or et toi tu commences à l’être aussi me semble t’il. Il est temps pour toi de faire partie de ces sacrifices utiles dont nous parlons très chère » dit l’homme en noir d’un ton particulièrement menaçant.

Xinome comprenant que l’homme commence à perdre totalement la raison fait quelques pas en arrière, puis se retourne rapidement pour venir me chercher. « Ah oui, bien joué Xinome, tu vas m’abandonner ici comme tu l’as déjà fait il y a quelques jours » lance l’homme en noir visiblement inquiet de voir ce que Xinome s’arrête à faire. Cette phrase a pour don de stopper Xinome dans sa course. Elle se retourne et lance « Comment ça abandonné il y a quelques jours. Que je sache nous vous avons justement accepté dans notre expédition alors que vous avez débarqué de je ne sais où en prétendant je ne sais quoi ». « Oh mais je parle de quelques jours avant ça moi très chère Xinome. Ce fameux jour où tu as voulu me tuer toi et tes camarades et grâce à qui je suis à présent déformé à vie, regarde le monstre que je suis devenu à cause de toi » hurle à présent l’homme en noir. « Co… comment ça » balbutie Xinome qui ne comprends plus rien.

L’homme en noir d’un geste lent retire alors le bandeau et le couvre-chef qui lui recouvrait plus de la moitié du visage. L’effroi peut très nettement se lire sur le visage de Xinome qui découvre qui est réellement son interlocuteur. « Comment est-ce possible .. je t’ai vu … enfin tu es … tu es mort ! » dit Xinome d’une voix particulièrement effrayée. « Haha j’avoue que ce n’est pas la super forme mais pour un mort je me porte plutôt bien » réponds fièrement celui qui vient de se révéler. Debout, posté fièrement devant Xinome, le visage découvert laissant clairement apparaître les balafres mais surtout cet œil qui lui manque, se tient Lawliet que l’on a difficile à reconnaître tant les blessures qui couvre sa tête sont profondes et marquées. « C’est impossible, j’ai t’ai vu périr de mes propres yeux, ces affreuses bêtes qui t’arrachaient en deux » dit Xinome. «Ah oui, ces gros vers sans pitié tu veux dire. Effectivement, comment aurais-je pu échapper à une mise à mort aussi atroce !» réponds Lawliet conscient que tant qu’il préserve le mystère, il gardera auprès de lui Xinome désireuse de connaître toute l’histoire.

« Eh bien, pour satisfaire ta curiosité, voilà comment ça s’est passé ce fameux jour où nous sommes arrivés à Farjal : tout allait bien, nous étions heureux d’avoir rendu service à Mathalion et l’accueil d’Arca Menel dans son village était parfait. Nous avons débattu durant toute la journée sur nos chevaux et nos suspicions tenaient la route. C’est là que vous avez décidé de confier à l’idiote de notre groupe le choix de la victime du jour. Vous saviez pourtant pertinemment qu’Enaëlle était incapable de prendre une décision convenable. Mais malgré tout, ça vous arrangeait bien de faire disparaître l’aventurier que j’étais, certainement supérieur à la plupart d’entre vous. Ainsi, sans même que je puisse m’y préparer, les quatre gardes elfes m’ont conduit vers les immenses portes du domaine qui en s’ouvrant annonçaient centimètres par centimètres une mort imminente que je présentais sans même savoir encore ce qui allait m’arriver. J’ai été conduit dehors et j’ai rapidement compris que j’allais être mis en pâture pour je ne sais qu’elle créature. Les portes se sont doucement refermées sur moi et vous m’avez tous regardés une dernière fois avec cette haine que je n’oublierais jamais. J’ai saisi ma chance quand j’ai vu que vous vous dirigiez tous vers le montant de la porte pour je l’ai bien compris contempler ma mort de cette grande baie vitrée que j’ai aperçu de mon point de vue malgré la hauteur impressionnante du belvédère. C’était ma dernière chance et j’ai tenté le tout pour le tout. Alors que vous vous êtes tous engouffrés dans le montant, l’un des gardes elfes restait visiblement jusqu’à la fermeture complète des portes pour vérification. Il ne me restait que quelques secondes car les portes avaient quasiment achevées leur fermeture. Je me suis saisi violemment du garde, conscient que personne ne m’apercevait à ce moment précis et l’ai attiré brusquement avec moi vers l’extérieur du domaine. Ce geste nous a propulsé en arrière dans un magnifique vol plané et nous avons fini notre course au sol au moment précis où les portes se sont complètement refermées. S’en ai suivie une bagarre violente avec l’elfe visiblement peu habitué du combat au corps à corps. Malgré tout, l’une ou l’autre de mes cicatrices sont de son fait. Ainsi, même si l’elfe s’est bien débattu, j’ai néanmoins rapidement pris le dessus. Je savais que mon temps était compté et qu’il fallait que je vous bluff car je vous imaginais très bien comme des princes, confortablement installés dans votre tribune à attendre ma mort. J’ai donc échangé mes vêtements avec ceux du garde et je l’ai ensuite sommé d’avancer vers le désert en le menaçant de mon arbalète. Le pauvre, il fallait voir comme il tremblait et ce n’est pas étonnant quand on sait ce qui l’attendait. Il le savait d’ailleurs parfaitement car j’ai lu dans son regard qu’il hésitait presque à rester sur place, préférant presque que je l’achève de mes flèches. Comprenant qu’il fallait un élément déclencheur, j’ai donc tiré une première flèche dans son bras. Sans transition j’ai chargé ma deuxième flèche et il a donc été contraint à faire ses premiers pas avec une prudence et une peur qui en disait long sur sa frayeur. Ainsi, doucement, l’elfe s’est avancé dans le brouillard et dans cette masse végétale étrange jusqu’à ce que ces affreux vers sont venus l’attaquer. Mais concernant ce passage de l’histoire, j’imagine que vous avez bien profité du spectacle de là où vous étiez. En tout cas, moi je n’en ai pas perdu une miette et ce n’était vraiment pas jouissif de suivre ce moment où le corps du garde s’est étiré avant de s’arracher en deux. Mon secret est donc aussi simple que ça. Si je suis toujours vivant, simplement, c’est que ce n’était pas moi que vous avez vu ce jour là. Visiblement mon bluff à bien marché si j’en crois ton étonnement à me revoir».

Xinome s’imprègne encore de ces derniers mots de Lawliet, puis d’un coup se ressaisie : « Mais pourquoi ne pas nous avoir simplement dit qui tu était au port Kepik, tu as su échapper à la mort que te réservait ces affreux Chaotickitties et nous aurions probablement compris notre erreur ». « Tu penses peut-être que j’allais vous pardonner votre crime. Regarde ce que je suis devenu. Car si j’ai échappé au sort de l’elfe, j’ai néanmoins pu goûter à la férocité de ces immondes créatures. Peu de temps après l’attaque de l’elfe, j’ai vu les mousses végétales se mouvoir doucement dans ma direction. J’ai compris que j’avais été repéré par les bêtes de ces marécages. Il y avait une sorte de petit arbre à proximité de moi. J’ai donc grimpé aussi vite que j’ai pu pour me mettre en hauteur. Mon cœur n’a fait qu’un bond quand ton Chaomachin est sorti du sous-sol. Il est parvenu à se déployer à ma hauteur et à commencé son aspiration. Très vite, je me suis senti partir dans sa direction. Je me suis accroché tant que j’ai pu aux branches de l’arbre, mais je me suis très rapidement trouvé moi aussi à l’horizontal. J’ai compris que ma fin était proche, j’ai donc calé mon bras dans une branche en Y pour être solidement solidaire de l’arbre. Ça n’a pas empêché le monstre d’exercer une aspiration de plus en plus forte, si bien qu’il est parvenu à m’arracher la jambe ainsi que mon œil droit qui n’a pas résisté à la pression de l’aspiration. Ma douleur était si intense que je souhaitais mourir sur le champ, qu’il abrège mes souffrances et qu’on n’en parle plus. Mais il en a été autrement : avec l’aspiration le monstre à commencé à attraper toutes les branches de l’arbre et il faut croire qu’il n’aime pas ça du tout. Ma survie n’est donc due qu’à cela ». conclut Lawliet d’une voix grave.

Après une petite inspiration il continue son récit : « J’ai vraiment eu beaucoup de chance car aux petites heures, j’allais très vite remarquer qu’une autre victime des Chaobidules allait goûter à leur cruauté. Les portes se sont ouvertes à nouveau et j’ai vu qu’Aste a lui aussi été projeté à l’extérieur. J’ai pensé que vous aviez débusqué un loup-garou avant de voir sortir de vrais poilus qui s’acharnaient sur Aste à coup de griffes. J’ai pu reconnaître Sissi et Ysengrain plus puissantes que jamais couvertes de poils et les crocs bien visibles. Les portes se sont rapidement fermées et Aste qui avait du profiter du spectacle de la veille a très vite compris ce qui allait lui arriver. Il s’est blotti contre les portes, mais comme de juste les vers l’ont très vite repéré. Aste s’est solidement accroché à l’anneau d’une des portes, mais l’aspiration du Chaotruc a été plus forte encore malgré la force qu’à du exercer Aste pour résister. Toujours perché sur mon arbre, j’ai vu les membres du tavernier s’allonger avant de voir ses jambes et son bassin disparaître dans la gueule béante du ver. L’arrachement violent provoqué par le ver lui aura été fatal. Apparemment, le ver a été rassasié car il n’a pas cherché à aller plus loin dans son aspiration, il s’est retourné un moment vers moi et d’un coup à replongé dans le sous-sol. C’est la dernière fois que j’ai vu ce monstre surgir cette nuit là. Il faut dire qu’il n’avait certainement jamais dégusté autant au cours d’une même nuit. Après ça, j’ai du passer la plus longue nuit de ma vie agonisant de mes blessures et à jurer que j’utiliserais chaque minute de ce qu’il me restera à vivre à me venger et surtout à vous empêcher de vous saisir du croc d’or. Après tout qui d’autre que moi mérite cet objet et le précieux pouvoir qu’il renferme, je suis sûr que je serais détourner l’objet à mes propres fins».

Xinome est stupéfaite par le récit de Lawliet et reste bouche bée devant les révélations de son ancien comparse, d’autant qu’elles concernent en partie la mort de son meilleur ami à qui elle n’a même pas pu faire des adieux convenables et pour qui elle s’est jurée de se venger. « Mais comment as tu fait pour nous rejoindre au port Kepik, et puis ce bateau » demande Xinome soucieuse de connaître tous les détails. « Le matin je vous ai vu partir dans le désert. Peu de temps après Mathalion et plusieurs elfes sont apparus car ils étaient à la recherche du garde disparut. Arca Menel m’a vu dans l’arbre et a très vite donné l’ordre à plusieurs elfes de venir me chercher. Lorsqu’ils m’ont descendu j’ai perdu connaissance. Quand je me suis réveillé quelques heures plus tard, les elfes m’avaient déjà prodigué plusieurs soins importants et avait même remplacé ma jambe manquante par un morceau de bois. J’étais diminué et j’avais mal partout mais ma haine naissante montait en moi et il me tardait de prendre la route pour vous retrouver. Malgré tout, j’ai avalé ma salive ne laissant rien traduire de ma rancœur. J’ai remercié chaleureusement Mathalion et Arca Menel pour leurs gestes et leur attitudes. Ils savaient que je ne pouvait être un loup-garou car face aux vers ma lycanthropie n’aurait pu se cacher et il estimait qu’il fallait réparer votre erreur. Je suis resté de longues heures couché pour récupérer un minimum de force. Du moins suffisamment que pour pouvoir rependre la route. En fin d’après-midi je ne tenais plus, il fallait que je vous retrouve pour échafauder un plan qui serait la base de ma vengeance. Malgré les recommandations de Mathalion, j’ai monté mon cheval et je suis parti aux galops en suivant vos traces dans le désert. Heureusement pour moi, je savais qu’il était question du port Kepik car lors d’une traduction à voix haute de Jnst, j’ai eu l’oreille indiscrète et chanceuse. D’heure en heure, pendant que vous avez apparemment perdu du temps à Kaibaicque, j’ai doucement refait mon retard. Je vous ai finalement rejoint au marais Sebas et je vous ai observé de loin rejoindre cet homme qui vous a aidé à les traverser. J’ai donc pu voir les effets de cette plante mortelle et je m’en suis procuré me doutant qu’elle serait bien utile le moment venu. Vous avez ensuite pris un détour avant de vous rendre au port Kepik. J’ai compris par après que c’était pour aller chercher Piaulo. Moi, j’en ai profité pour me rendre directement au port et comme je savais qu’il était question de traversée, je me suis procuré le trois mât non pas à l’achetant mais en éliminant le vieux marin qui en était propriétaire. Après tu connais la suite, j’ai choisis un costume qui me permettait de rester incognito à vos yeux et je n’ai même pas eu à m’inquiéter de ma voix car ma tessiture vocale à bien changé avec l’aspiration du ver et l’élongation des cordes vocales qui en a découlée ».

« Que compte tu faire à présent » lance Xinome. « Eh bien comme je te l’ai dit, ma vengeance parfaite est sur le point d’aboutir. Vous vous êtes tous éliminé les uns les autres et maintenant il ne reste plus que vous trois » réponds Lawliet ironiquement. A cet aveu, Xinome décide dans un premier temps de se précipiter vers l’extérieur pour chercher notre aide. Mais alors qu’elle entame le mouvement, elle se résigne à la dernière seconde, comprenant que son heure de gloire est peut-être venue. Elle qui avait vue en cette expédition l’occasion de devenir une héroïne, elle a pourtant patiemment laissé les jours se succéder en se disant que le moment idéal viendrait certainement un peu plus tard. A la mort d’Aste, elle s’était même juré qu’elle passerait bientôt à l’action mais elle a été découragée quelques temps plus tard par Kyera qui l’a terrassée lors de la traversée du bois sur cette même île. Mais là, de se retrouver face à cette ultime menace, toute les ambitions et les envies de Xinome refont surface : son désir de devenir quelqu’un, la mort d’Aste et cette destinée qui l’a conduit jusqu’à cet instant précis, face à un homme emplit de haine et qui comble de tout veux s’accaparer le croc d’or pour de très mauvaises intentions suffissent à notre aventurière à prendre l’initiative de l’attaque.

Elle se retourne et d’une assurance déconcertante s’avance vers Lawliet. Ce dernier ne s’attendait pas à ce revirement de situation. Il cherche rapidement dans sa poche sa fidèle arbalète, mais Xinome prends son élan et avant que son ennemi ait le temps de charger une flèche s’accroche à un petit pilier en marbre et lance un coup de pied acrobatique en pleine face de Lawliet. Cela a pour don de sonner un peu Lawliet qui s’écroule au sol sur le dos, l’arbalète glissant sur le sol marbré hors de sa porté. Xinome sans transition motivée par tout ce qui l’anime agrippe Lawliet qui se remet à peine de la rapidité impressionnante de sa rivale. Elle le soulève et essaye de l’attirer à l’extérieur nourrie par le désir d’obtenir notre aide. Lawliet ne l’entend évidemment pas de cette oreille et se débat de sorte à sortir de l’emprise de Xinome. Les deux adversaires sont à présent face à face conscient que de l’issue de ce combat se joue le croc d’or. Ils s’observent durant de longues secondes jusqu’au moment où Lawliet sort de son immobilisme pour se ruer sur Xinome en sortant de sa veste un petit poignard. Juste avant de l’atteindre, Xinome se laisse tomber sur le sol sur le dos et lance de ses deux pieds joint un coup sur le ventre de lawliet au moment où ce dernier bondit sur elle. Lawliet termine sa course par un salto avant et retombe lourdement sur le sol du sanctuaire. Il se relève aussitôt, mais Xinome qui ne perd pas de temps se précipite sur lui en se projetant à sa taille. La vitesse à pour effet de les projeter tout deux vers l’extérieur du sanctuaire de sorte à ce qu’ils se retrouvent tout les deux sur la plaine. La bataille continue avec encore plus d’intensité, Lawliet qui a perdu son poignard en cours de route essaye d’assommer Xinome à coup de poing mais cette dernière particulièrement agile esquive tous les coups.

Je me suis un peu isolé avec Piaulo en contre bas de la plaine mais nous entendons à présent très nettement les bruits de la bagarre. Nous remontons donc rapidement sur la plaine pour assister à cet affrontement final. Quelle n’est pas ma stupéfaction en reconnaissant Lawliet dont le visage est à présent découvert. Je comprends que c’est lui qui doit être à l’origine de la mort de TouDou même si l’incompréhension de le voir vivant est de taille. Les coups sont rapides d’un coté comme de l’autre, mais c’est Xinome qui a incontestablement l’avantage de la bataille. Sa vitesse de réaction pour éviter les coups de son adversaire tout comme pour lui en offrir en retour est vraiment impressionnante. Lawliet recule de plus en plus et de pas en pas la falaise se rapproche dangereusement de notre ennemi. Je décide d’assister Xinome dans son combat en me précipitant sur celui qui incarne cette dernière menace au croc. Mon arrivée perturbe Lawliet qui se déconcentre et qui dans sa retraite fini par trébucher sur les jambes de TouDou toujours appuyé sur la paroi rocheuse. Il est complètement déséquilibré et dans un dernier élan Xinome saute sur Lawliet les pieds en avant. Le coup atteint son torse et finit de projeter celui qui nous voulait tant de mal dans le vide. Très rapidement les cris de Lawliet se fondent dans sa chute et le calme qui en découle contrecarre brusquement avec l’animation du combat qui vient de s’achever. Quelle ironie que cette dernière action qui aura été fatale à Lawliet soit le fait d’avoir trébuché sur celui qu’il venait de supprimer durant la nuit.

Je me surprends à pousser un grand, profond et long soupir. Piaulo qui ne comprends pas très bien ce qui est arrivé est simplement rassuré lorsque je lui dis : « Apparemment cette fois c’est finie, nous avons enfin supprimé notre dernière menace ». Un sourire se dessine sur les lèvres de Xinome. Elle est enfin devenue ce qu’elle souhaite plus que tout : une héroïne. Le moment de se révéler ne pouvait pas tomber à un meilleur moment que celui-ci. Grâce à elle la conclusion de cette aventure ne peut être qu’heureuse.

Il est temps pour nous de replonger une dernière fois au sein du sanctuaire pour récupérer le croc d’or et repartir le plus rapidement possible. Il est effectivement possible que les loups-garous qui avaient infiltré notre groupe aient eu le temps de transmettre des infos à leurs pairs. Face aux croc d’or toujours aussi éblouissant, je me saisi de l’étoile aux trois Nord et d’un coup vif, je fracasse le cadran sur une tablette en marbre. A l’intérieur je récupère une petite plaquette en métal qui était dissimulée dans un petit bout de tissus. Je place la plaquette sur la partie supérieure du réceptacle et en quelques secondes le verre se désintègre complètement laissant le croc d’or libre d’accès.

Piaulo est dans une excitation totale : le combat de sa vie arrive enfin à son terme. Il a approché le croc d’or et sait à présent qu’il est entre de bonnes mains et qu’il sera très vite mis à l’abris. Il me regarde et je lis dans son visage son envie de toucher en premier le précieux bijoux qui a animé toute notre aventure jusqu’ici. Ses mains son hésitantes, ses yeux émerveillés et son sourire radieux. Il prend délicatement le croc d’or dans ses mains et après avoir un dernier regard complice croisé, il prononce ces mots : « je peux enfin partir rassuré, merci mes amis». Il s’assied alors sur un bloc de marbre, s’adosse à la paroi et ferme délicatement les yeux. Piaulo très certainement épuisé par notre fin d’aventure même si il ne l’a montré à aucun moment, décide qu’il est temps pour lui de quitter notre bonne vieille terre. Malgré son âge avancé, il nous aura été d’une grande aide sur cette aventure et à nouveau sans lui, cette quête n’aurait même pas commencée. Son sourire reste figé sur son visage et si je n’avais pas compris qu’il a décidé librement que l’histoire s’arrêtait ici pour lui, je pourrais presque croire qu’il dort à poing fermé.

Xinome a la larme à l’œil quand je décide de libérer Piaulo du croc d’or. Je me saisis de l’objet resté dans ses mains et après un dernier au revoir à mon fidèle ami, je fais signe à Xinome qu’il est temps pour nous de partir au plus vite de cet endroit. Sur la plaine, nous assistons au coucher du soleil et l’absence totale de nuage nous offre une vue magnifique sur l’entièreté de l’île ainsi que sur la mer qui la borde. Nous prenons quelques secondes pour admirer et graver en nous cette image, et c’est ainsi que je remarque que le champ électromagnétique de l’île a disparut. Le fait de s’être saisi du croc d’or à du annuler la protection, ce qui veut également dire que nous sommes plus que jamais démunis d’un quelconque événement ou pire du débarquement des loupiots sur l’île. D’ailleurs, à peine notre descente entamée depuis quelques minutes que j’aperçois à l’horizon trois bateaux qui s’apprêtent à accoster sur la plage. Nous accélérons notre descente nous imaginant déjà quels peuvent être nos invités non désirés. Nous franchissons à nouveau le fameux rocher qui fut fatal à Caro. De la pensée émue pour notre sorcière, dont l’efficacité a très certainement contribuée à remporter la course sur les loups-garous, émerge le fil conducteur de tout ce qui nous est arrivé jusqu’ici. Après avoir franchi le rocher nous distinguons encore la plage et des centaines d’hommes qui mettent pied à sable. Je suis particulièrement inquiet par cette terrible menace et je dis à Xinome d’accélérer le rythme. Juste au moment de perdre la plage de vue, la lune a remplacée le soleil. Nous remarquons que les hommes ont des attitudes particulièrement étranges et très rapidement nous entendons des centaines d’hurlements de loups.

Je regarde Xinome dans les yeux et en lui tendant le croc d’or pour lui confier le précieux objet, je lui dis en murmurant: « Nous avons achevé notre quête mon amie, mais à présent c’est une nouvelle aventure qui nous fait face : protéger le croc d’or des attaques incessantes des lycanthropes qui vont nous traquer sans relâche. Nous venons d’hériter d’un lourd fardeau, mais tel est notre destin et nous l’assumerons à deux».

- FIN -


---

- Résumé:
- Victoire de Xinome
- le mort de ce jour est Lawliet (l’homme en noir – ex influençable)
- TouDou a choisit de confier son poste à Xinome qui en recevant la possibilité de trancher s’assure la victoire

Détail des votes pour le Quinzième bûcher:

L’homme en noir (1) : Xinome

N’ont pas voté (1): L’homme en noir (si il avait eu le post de chef d’expédition il perdait quand même du coup – ouf )


-Débriefing dans quelques minutes
_________________
- Mon CV et mon parcours: c'est ici
- Classement des joueurs gag
- La Quête du Croc d'Or (histoire, énigmes, solutions)
Revenir en haut
Voir l'identité de l'habitant Envoyer une missive
Montrer les messages depuis:   
Ce forum est verrouillé, vous ne pouvez pas poster, ni répondre, ni éditer les sujets.   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Gare aux Garous ! Index du Forum -> Partie 45 Toutes les heures sont au format France heure d'été -- GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
subRed style by ktauber
Traduction par : phpBB-fr.com